Padise Equestrian Centre
| | | | | | |

ENDURANCE ÉQUESTRE

L’endurance équestre est une des disciplines équestres, une course de fond pratiquée à cheval et en pleine nature, dans laquelle le but est de parcourir une longue distance. Cette course chronométrée doit être réalisée le plus rapidement possible tout en conservant une monture en parfait état de santé.

Les épreuves d’endurance, liées à la distance à parcourir, doivent démontrer la capacité physique du cheval, ainsi que la capacité du cavalier de bien mettre en valeur les performances de sa monture durant le parcours. L’endurance équestre est une course chronométrée, caractérisée par des épreuves d’extérieur courues sur un itinéraire balisé, avec des examens vétérinaires au cours de toutes les compétitions. On organise les épreuves à vitesse limitée (normalement 16 km/h au maximum sur les distances de 30 à 40 km, parfois de 80 à 90 km par jour) et les épreuves à vitesse libre (sur les distances allant jusqu’à 160 km par jour).

Les chevaux de toute race peuvent prendre part aux compétitions, mais c’est surtout les pur-sang arabes qui dominent aux concours à haut niveau (championnats du monde, championnats d’Europe etc.) grâce à leur endurance et le travail de sélection. Les chevaux de race anglo-arabe sont aussi très prisés et font régulièrement preuve d’une grande vitesse aux courses.

On croit que les épreuves équestres débutèrent en Arabie où les bédouins nomades, ayant remarqué que les chevaux sont capables de se déplacer dans le désert plus vite que les chameaux, commencèrent à les mettre à l’épreuve en organisant les courses. Plus tard, dans des autres pays les épreuves d’endurance ont été adoptées et sont devenues un élément important de formation dans la cavalerie.

En Russie d’avant la révolution les épreuves d’endurance équestre furent bien répandues dans l’armée régulière. Un exemple remarquable de l’endurance du cheval de Sibérie fut montré au concours de 1890 : Pechkov, chef d’un escadron de cosaques, parcourra sur le hongre Serko 8862 km de la ville de Blagovechtchensk (capitale administrative de l’oblast d’Amour à l’Extrême Orient) jusqu’à Saint-Pétersbourg en 193 jours. En 1895 un autre officier cosaque parcourra la distance de 7009 km de Saint-Pétersbourg à Tchita en 112 jours. En 1899 Asséyev, cornette, alla à cheval de Lubny (province de Poltava, Ukraine) à Paris. Pour ce parcours il montait à tour de rôles deux juments. En moyenne il faisait environ 88 km par jour (le dernier parcours avant Paris fit 110 km.)

Les épreuves d’endurance modernes, avec leur contrôle vétérinaire rigoureux, sont nées en 1955, lorsque Wedell Robi avec un groupe de cavaliers a franchi une distance compliquée du lac Tahoe à la ville d’Auburn (Californie) à travers une chaîne de montagnes de Sierra-Nevada en moins de 24 heures.

Dans les années 60 et 70 du 20ème siècle les épreuves sportives d’endurance ont commencé à gagner l’Europe, l’Australie, la Nouvelle Zélande et en la RSA. Outre les concours prestigieux de 100 milles (160 km), on organisait beaucoup de compétitions à des distances plus courtes, auxquelles des amateurs participaient à côté des professionnels. Un contrôle vétérinaire rigoureux est devenu une partie intégrante des épreuves modernes.

Dès 1978 l’endurance équestre est l’une des sept disciplines équestres mondiales agréées par la fédération équestre internationale (FEI).